Le vélotaf aussi efficace que le sport à haute intensité ?

22 novembre 2017

Les Danois l'ont de nouveau prouvé, se rendre au travail à vélo avec ou sans assistance électrique serait (presque) aussi efficace que faire du sport à haute intensité pour perdre du poids !

Pour lutter contre le surpoids, laissez tomber la voiture pour aller au bureau, enfourchez votre vélo ! 

D’après une étude menée par l’Université de Copenhague au Danemark (la deuxième capitale du vélo après Amsterdam), le vélotaf serait (presque) aussi efficace que faire du sport à haute intensité pour perdre du poids. 

L'étude en question.

velo-taf-surpoids-velo-electrique-efficace-pertepoids130 personnes ont participé à cette étude. Toutes étaient atteintes de surpoids ou d’obésité.
Ces 130 personnes ont été divisées en 4 groupes avec des consignes différentes :

  • Groupe 1 : les participants devaient aller travailler à vélo 5 jours / semaine.
  • Groupe 2 : les participants devaient faire au moins 35 min de sport à haute intensité 5 jours / semaine.
  • Groupe 3 : les participants devaient pratiquer 55 min de sport à intensité moyenne 5 jours / semaine.
  • Groupe 4 : les participants ne devaient rien changer à leurs habitudes.

Et les résultats ?

Les résultats vont en surprendre plus d’un !
En effet, les adeptes du vélo ont perdu en moyenne 4,2 kg en 6 mois, contre 4,5 kg pour les personnes qui pratiquaient 35 min de sport à haute intensité 5 jours / semaine !
Le groupe 3, lui, n’a perdu en moyenne que 2,6 kg.

Cette étude prouve donc qu’il est possible de perdre du poids en modifiant ses habitudes quotidiennes.

Pourtant le vélotaf, reste au point mort en France.

Selon l’INSEE, en moyenne seul 1,9% des déplacements des actifs pour se rendre sur leur lieu de travail se fait à vélo, contre 70% en voiture, 14,8% en transport en commun.

De manière générale, les modes de transports doux (vélo, marche) sont surtout utilisés pour des trajets domicile-travail très courts (jusqu’à 4 km). 

Manque d’infrastructures cyclables ? Probablement, oui ! 
Le vélo électrique permet aujourd’hui de pratiquer de plus longues distances sans arriver en sueur au boulot. Toutefois, si le cycliste ne se sent pas en sécurité, il ne sautera jamais le pas de la mobilité douce ! 
En effet, aujourd’hui, peu de grandes villes sont reliées aux petites communes avoisinantes par des pistes cyclables ; donc, malheureusement, seuls les actifs résidant dans le centre des grandes villes françaises choisissent le vélo pour leurs déplacements.


Source de l’étude danoise : https://www.nature.com/articles/ijo2017253