Les vélos blancs d'Amsterdam

9 mars 2017

La renaissance du vélo hollandais aux Pays-Bas trouve ses origines dans le mouvement Provo dès 1965.

Provo et vélo blanc à Amsterdam

Les hollandais n’ont pas attendu la crise pétrolière ou les alertes pollutions pour relancer la pratique du vélo en ville.
Tout commence en 1965 pendant les 30 glorieuses. Les jeunes issus du baby-boom arrivent à l’âge adulte et une révolution culturelle est en marche : depuis 1963 les jeunes ont accès à la pilule et les mouvements qui veulent en découdre avec le système établi sont nombreux.
C’est alors que naît à Amsterdam le mouvement anarchiste non violent « Provo » (comme provocation). Ce mouvement, qui va s’étendre aux autres villes du pays et à la Belgique, militera contre la guerre, pour la liberté sexuelle et … pour le vélo. Le mouvement va s’éteindre dès 1967 mais il a semé la graine de la Vélorution hollandaise.
Le projet vélo blanc naît dans le but de supprimer la circulation automobile pour éviter les embouteillages (dans un pays où la densité de population est 4 fois celle de la France et où il y a une multitude de canaux, les embouteillages sont nombreux).
Les provos proposent aux habitants d’Amsterdam de peindre leurs vélos en blanc, leur donnant rendez-vous dans le parc central d’Amsterdam tous les samedis à minuit. Les vélos sont ensuite laissés en libre-service pour la population, un système de Velib bien avant Paris. Si les vélos dépourvus d’antivols disparaissent (comme un grand nombre de Velib), le mouvement est lancé et encore aujourd’hui des éditions spéciales de vélos blancs sont éditées en mémoire à ce mouvement.

Triporteur blanc d'Amsterdam

Coffre d’un triporteur peint en blanc en référence au vélo blanc du mouvement Provo

50 ans après, la pratique du vélo à Amsterdam

Cinquante années se sont écoulées depuis le projet vélo blanc et les résultats sont bien visibles.

PArking vélo Amsterdam

Un des parkings à vélo autour de la gamme d’Amsterdam

 

Si vous allez à Amsterdam en train, commencez par faire un tour de la gare. Vous trouverez un immense parking à vélos sur plusieurs niveaux, un parking à vélos sur une péniche, des parkings à vélos entre les piles du pont qui passe sous la gare, … Ce sont en moyenne 10.000 vélos garés autour de la gare qui attendent que leurs propriétaires les enfourchent pour se rendre sur leur lieu de travail ; les hollandais vont à la gare avec un premier vélo qu’ils garent, prennent le train, puis enfourchent un deuxième vélo pour aller au travail.

Il y a plus de 500 kilomètres de pistes cyclables à Amsterdam. Le nombre de vélo à Amsterdam est estimé à 880.000, soit un nombre plus élevé que les 780.000 Amsterdamers (Amsterdamer est le nom des habitants d’Amsterdam, étude réalisée auprès de 2600 Amsterdamers). Plus de la moitié de ces 880.000 vélos sont utilisés au quotidien et la tendance est à la hausse avec une augmentation de 40% entre 1990 et 2008. Le nombre de voitures en comparaison est de seulement 220.000 unités, soit quatre fois moins.

Il faut dire que les investissements pour le vélo soutiennent cette croissance. D’ici 2040, Amsterdam prévoit d’investir 200 millions d’euros dans les infrastructures pour le vélo dont 170 millions € dans les parkings à vélo.
Il y a aura dès 2020, autour de la seule gare d’Amsterdam Central, pas moins de 17500 places de parking à vélos.

Les Amsterdamers n’investissent pas dans le vélo à fond perdu. Le gain le plus important d’un point de vue économique est celui lié à la santé ; réduction des particules nocives dans l’air et réduction des risques liés à de nombreuses maladies du fait d’une activité physique régulière.
Ce sont 58% des Amsterdamers de plus de 12 ans qui font du vélo au quotidien.
Le vélo représente en kilomètres parcourus 30% des déplacements vers et depuis Amsterdam en 2008 (= la voiture 34%) contre « seulement  » 22% en 1990 ( la voiture représentait 38%).

Pour plus d’informations voir le site www.amsterdam.nl/meerjarenplanfiets (en néerlandais).
velo-amsterdam (3)

Des vélos pour tout transporter

Amsterdam a aussi donné naissance à de nouveaux types de vélos afin de pouvoir tout transporter.
Le biporteur Bakfiets Original a ainsi été développé au coeur d’Amsterdam par la société Defietsfabriek et par un jeune immigré d’origine Turque pour transporter les enfants à l’école en toute sécurité.
Les triporteurs ont été aménagés avec de grosses caisses pour transporter jusqu’à 1m3 de marchandises, comme des fleurs par exemple.

Biporteur Bakfiets Original

Un vélo pour transporter 3 enfants dans la caisse avant

Triporteur fleuriste à Amsterdam

Triporteur fleuriste à Amsterdam