Sourds et cyclistes : tenir compte du handicap

28 février 2015

Aux Pays-Bas, tout le monde roule à vélo. Avec une attention particulière pour les porteurs de handicap. Une petite pancarte a été conçue tout spécialement pour signaler aux autres usagers les cyclistes sourds et malentendants.

Amateur de vélo et connecté, vous avez peut-être été touché par le buzz autour de cette petite pancarte que les sourds ou malentendants peuvent accrocher à la selle de leur vélo. Ils signalent ainsi aux autres usagers qu’ils sont susceptibles de ne pas réagir à la voix ou au coup de sonnette. Ni même aux klaxons….

Les Hollandais ont des idées...

Certains internautes ont réagi en indiquant qu’un gilet avec le même symbole serait plus visible, d’autres que la signalétique ne correspond pas au logo officiel français : une oreille barrée, en blanc sur fond bleu. Et pour cause !

L’idée du petit panneau est néerlandaise, c’est l’association « The Stichting Plotsdoven » ( la « Fondation des Devenus-Sourds ») qui en assure la promotion. Efficacement !

La sensibilisation est un long chemin

En France, l’ARDDS, l' »association de réadaptation et de défense des devenus-sourds », avait déjà saisi à bras le corps cette problématique de la sécurité pour les cyclistes malentendants et commercialisé un gilet avec la signalétique de l’oreille barrée, vite en rupture de stock.

Le besoin existe, et la sensibilisation de tous est nécessaire : le handicap ne doit pas empêcher de rouler !

Dans le magazine Roue libre de septembre – octobre 2014, un article de Francis Robin faisait le tour de la question. Il précisait : « Malgré un sifflement des appareils auditifs que peut provoquer la pratique de la bicyclette à une certaine allure,il n’y a globalement aucun obstacle insurmontable qui empêche un sourd amateur de bicyclette de pédaler. »

S'équiper pour mieux voir...

Le problème de la surdité à bicyclette est cependant rarement abordé, si ce n’est pour la pratique sportive. D’où l’intérêt, pour les trajets quotidiens, d’une signalétique adaptée !

Et d’équipements supplétifs qui permettent à la vue de prendre le relai : les rétroviseurs deviennent indispensables et permettent de voir les véhicules qui arrivent par l’arrière.

... et mieux être vu

Dans le partage de la route, l’écarteur de danger, recommandé pour tous par la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette) est également plus qu’utile puisqu’il suscite de la part des motards et automobilistes une conduite qui tient mieux compte de la distance de sécurité (dont on sait bien que le non-respect est la principale source d’accident).

A chaque handicap une réponse adaptée

Pour tous ceux qui se retrouvent, et parfois de façon temporaire, devant des difficultés pour pratiquer le vélo, nous proposons aussi d’autres équipements (vélos adaptés) qui facilitent la vie !

Pour se procurer la pancarte