Part du vélo dans les déplacements : des progrès à faire

13 février 2015

Les villes françaises sont loin derrière les villes du nord de l'Europe, en ce qui concerne la pratique du vélo. Pourtant, les Français achètent des vélos : nous occupons le 3ème rang au niveau européen, derrière les Pays-Bas et l'Allemagne, en nombre de vélos vendus (avec 3 millions de vélos vendus en 2013).

La ville de Copenhague première de la classe...

Si certaines villes du nord de l’Europe dépassent allègrement les 30 % de déplacements effectués en vélo, Copenhague en tête (plus de 50 %) suivie par Amsterdam (plus de 40 %), la part modale du vélo en France plafonne à 2,1 %.

Alors où sont les vélos ?

Dans les garages, à prendre la poussière ? Vu que plus de la moitié des déplacements quotidiens en France se font sur des distances de moins de 3 km, le vélo aurait toute sa place…

On a tous un vélo quelque part...

Mais les non-pratiquants mettent en avant, en majorité, la météo qui les décourage de se mettre en selle, alors qu’ils sont les premiers à reconnaître les bienfaits de l’activité physique. Il suffit pourtant d’être bien équipé en protection pluie, nos régions ne connaissant pas d’épisodes marqués de pluies diluviennes !

Pour surmonter les freins à la pratique, il est aujourd’hui envisagé d’inciter à la pratique du vélo, notamment pour les trajets domicile-travail. Une indemnité kilométrique pourrait voir le jour prochainement.

Ne pas regarder que du côté des individus

Mais dans l’espace public, le vélo ne peut prendre sa place que… si l’on fait une place au vélo ! Cela vaut en termes d‘infrastructures, d’aménagements urbains, d’équipements, de services

Dans les grandes villes, l’aménagement de pistes cyclables est indispensable à la sécurité du cycliste. Sans oublier des parkings adaptés ! L’exemple des Pays-Bas est à ce titre à méditer…

Les villes françaises ont fait ces dernières années de gros efforts en matière d'aménagement :

Il y a aujourd’hui en France 14 000 km de voiries urbaines aménagées pour les cyclistes, soit 6 000 km de plus qu’il y a 4 ans.

Le cyclotourisme n’est pas en reste, avec 10 000 km de voies vertes et véloroutes aménagées pour les cyclistes, avec un objectif fixé à 20 700 km à l’horizon 2020.

Les villes se mettent au vélo

Quand il y a une réelle volonté de donner une place au vélo dans la ville, les résultats sont là, avec dans le peloton de tête : Strasbourg (où cette part modale dépasse les 8 % sur l’agglomération et 15% pour la ville), Bordeaux, Grenoble, Nantes.

Nantes mène depuis 2008 un plan d’action qui a permis de doubler la part modale du vélo, avec sur la métropole une part des déplacements faits à vélo de 4,5 %. Un résultat qui lui vaut d’accueillir du 2 au 5 juin Velo-city 2015.

Enjeu de la mobilité et de la construction de villes durables... et agréables à vivre !

La conférence Velo city 2015  a choisi de mettre en avant « le vélo comme créateur de futur », les organisateurs étant persuadés que le vélo peut jouer un rôle influent sur le futur des sociétés humaines.

Les individus comme l’aménagement de l’espace urbain sont concernés, puisque la pratique du vélo agit positivement sur le développement économique local, la santé publique, le lien social, la qualité de vie, la sécurité des déplacements, voire l’innovation

Vivement juin prochain pour parler du futur !