Dopez vos ventes en triporteur Amsterdamer !

18 mars 2017

Avec un triporteur Amsterdamer créez ou étoffez votre commerce.  Livraison de plats ou vente ambulante de cafés, crêpes, glaces ou bonbons... le triporteur Amsterdamer se modèle à vos envies !

Vous recherchez un triporteur pour créer ou développer un commerce ? Choisissez le triporteur Amsterdamer vente ambulante !
Ce dernier vous offre un plan de travail, un coffre pouvant contenir jusqu’à 270 litres et un auvent.
Il existe en version manuelle pour les reliefs plats ou avec une assistance électrique puissante pour monter les côtes.
Vous pouvez aussi l’acheter équipé d’une authentique machine à café professionnelle ou avec un coffre isotherme pour vendre des produits glacés, frais ou chauds !
Et si vous avez besoin de plus de stockage, ajoutez-lui une remorque.

Vélo professionnel triporteur vente ambulante avec nouveauté auvent

Triporteur vente ambulante Amsterdamer

Un triporteur pour la vente de café

Le trip’café Amsterdamer

 

Un auvent en aluminium pour une visibilité haute

Le auvent n’a pas pour seul objectif de protéger le plan de travail des intempéries ou du soleil. Il vous permet également d’avoir une visibilité « haute ». En effet, sa hauteur totale est d’environ 2 mètres. Un véritable atout pour susciter la curiosité des passants !  Le auvent qui est visible en noir sur la photo peut être peint dans un autre coloris RAL ou personnalisé avec une impression en quadrichromie avec votre marque et votre accroche publicitaire !

En aluminium, il ne rouille pas en bord de mer et il n’alourdit pas le triporteur.

Si ses deux mètres sont trop haut pour votre garage ou votre fourgon, le auvent est également démontable rapidement.

Il est compatible avec les coffres isothermes avec ouverture par le dessus ou par l’avant.

Le auvent est associé par défaut au triporteur Amsterdamer vente ambulante, mais vous pouvez très bien l’associer en option au triporteur avec caisse isotherme ! Une fois dans la fiche produit, cliquez sur Configurer pour le personnaliser ou interroger nous pour un devis.

Des caisses isothermes au volume de stockage plus important

Les coffres isothermes proposés avec les triporteurs Amsterdamer ont été revus et corrigés pour la saison 2017, pour tenir compte des exigences des professionnels.
Il offre un volume de stockage plus important :
– 184 litres pour le coffre isotherme avec une ouverture par le haut ; le froid est plus lourd que l’air chaud et l’ouverture par le haut permet donc de limiter les échanges thermiques à chaque ouverture ; le couvercle de 4 cm d’épaisseur complète l’isolation.
– deux fois 80 litres pour le coffre avec deux ouvertures par le haut ; vous pouvez stocker d’un côté des produits chauds et de l’autre des boissons fraîches, ou des glaces d’un côté et des boissons de l’autre.
– 130 litres pour le coffre isotherme avec ouverture avant ; vous avez un plan de travail pour préparer des hot-dogs, des crêpes, etc.

Coffre isotherme pour triporteur Amsterdamer à 2 compartiments

Coffre isotherme pour triporteur Amsterdamer à 2 compartiments

Le couvercle est retenu par des charnières (et non plus par des chaînettes).

Le système de fermeture permet de comprimer les joints d’isolation.

Notre conseil : utilisez, en complément, deux jeux de plaques eutectiques à choisir en fonction de la température de conservation des aliments que vous proposez (entre -18°C et +60°C). Vous pourrez rapidement remplacer les plaques pour maintenir les aliments à la température exigée par les services d’hygiènes.

Faut-il une autorisation de la mairie pour vendre avec un triporteur ?

La mairie ne délivre pas un permis de vendre mais un permis de stationner votre triporteur sur la voie publique. 
Malheureusement les mairies sont réticentes à accorder ce permis, peut être par peur de représailles des petits commerçants ou parce que le triporteur ambulant leur rapporte moins de revenus ? Quand le taux de chômage est élevé cette attitude est frustrante mais il faut parfois composer avec.

Si vous n’obtenez pas de la mairie cette autorisation de stationnement, ne lâchez pas l’affaire si vous tenez à votre projet ! Sachez que vous pouvez vendre en respectant le principe suivant  : ne pas s’arrêter sans vente à effectuer. Le triporteur doit toujours être en mouvement et il ne peut s’arrêter que lorsque le client vous interpelle pour consommer.
Un vendeur de glaces en triporteur sur Paris nous a ainsi raconté s’être arrêté devant le Fouquet’s, hélé par un touriste Américain, et y être resté deux heures de suite car la queue s’était formée devant le triporteur.

Comme le disait à un journaliste Guillaume, propriétaire d’un triporteur Amsterdamer Pro 250 aménagé pour la vente de cafés«La loi est mal faite. Les policiers font leur boulot en nous contrôlant, ils vérifient juste si on est dans les clous. Mais on est prisonnier de cette évidence : si on a un client, on peut s’arrêter, mais dès qu’on a servi on doit rebouger et c’est à nouveau au client de nous arrêter !»
(Source : http://www.ladepeche.fr/article/2015/08/04/2154508-triporteurs-attention-obligation-de-pedaler.html).

Un autre propriétaire de triporteur bimoteur Amsterdamer, M. Liger, (triporteur  O’Delix) a toujours sur lui, pour la présenter aux forces de l’ordre, une publication du Sénat au Journal Officiel (du 29/11/2012 – page 2753) qui indique que « Lorsqu’une activité de commerce ambulant consiste à circuler sur la voie publique en quête d’acheteurs sans procéder à une occupation du domaine public, le maire ne peut en aucun cas subordonner l’exercice de cette activité à la délivrance d’une autorisation sans porter atteinte à la liberté de commerce et de l’industrie. Ainsi, le maire ne peut-il exiger le versement d’un droit de stationnement par les professionnels ambulants en quête de clients lorsqu’ils se bornent à s’arrêter momentanément pour conclure une vente.»

Pour répondre à la réglementation, les triporteurs destinés à la vente ambulante (sans autorisation de stationnement) doivent respecter les points suivants : 

  1. Satisfaire à toutes les exigences légales et sanitaires incombant à un commerçant,
  2. Respecter strictement le Code de la Route et porter une attention particulière à la sécurité des piétons,
  3. Circuler exclusivement sur la chaussée comme tout véhicule motorisé ou non,
  4. Ne jamais emprunter les trottoirs ainsi que les voies et espaces réservés aux seuls piétons,
  5. Ne jamais stationner à demeure sur le domaine public,
  6. Ne pas s’arrêter sans vente à effectuer,
  7. Respecter le Règlement de Publicité en vigueur dans la commune.

Parlez tout de même de votre projet aux élus avant de vous lancer et sensibilisez-les sur les raisons de votre démarche. On démarre parfois ce type de projet jeune mais plus souvent passé la cinquantaine, quand trouver un emploi dans une entreprise est devenu plus difficile, ou que l’on aspire enfin à devenir son propre patron. 

(Source : Légifrance.gouv.fr – Code de la route – Art. R110-2 | Légifrance.gouv.fr – Code de la route – Art. R431-9)

Plus de questions ? Nous restons disponibles pour y répondre ! N’hésitez pas à nous contacter via la rubrique contact ! 🙂