Le tourisme à vélo en plein essor en France !

21 juillet 2017

Selon le baromètre du tourisme à vélo en France, publié par la DGE, le tourisme à vélo serait considéré comme l’une des filières les plus dynamiques du marché touristique français. 

Alors que nous sommes en pleine période estivale, l’édition 2017 du baromètre du tourisme à vélo en France, réalisée par la DGE, vient de paraître ! Cette édition confirme la tendance qui avait été annoncée en 2016, sur la base des chiffres de 2015.

9 millions de séjours recensés en 2016

Aujourd’hui, nombreuses sont les personnes à la recherche de bien-être, soucieuses de l’environnement et en quête de partage et d’échanges. La pratique du vélo, qu’il s’agisse d’une pratique utilitaire, de loisirs ou touristique, répond à ces trois points (cf. les témoignages de nos clients sur le site www.myamsterdamer.fr) ; d’où un nombre d’adeptes en croissance !

En effet, en 2016, la filière du tourisme à vélo, considéré comme l’une des filières les plus dynamiques du marché touristique français, représentait 9 millions de séjours au cours desquels les Français ont pratiqué le vélo en France, correspondant à un chiffre d’affaires total de l’ordre de 2 milliards d’euros.

Tourisme-a-velo-France-velo-cyclotourisme-amsterdamer

Images partagées par des clients sur le site www.myamsterdamer.fr

La France, 2 ème destination mondiale du tourisme à vélo

La France, déjà 1 ère destination mondiale du tourisme, est aussi la deuxième destination favorite pour le tourisme à vélo, après l’Allemagne !

Les étrangers représenteraient à eux-seuls 25% des touristes* ayant recours à ce mode de découverte ; avec pour principaux représentants les Allemands, les Suisses, les Nord-Américains et les Australiens !

*On considère comme « touristes à vélo »,  les personnes ayant passé au moins une nuit dans un lieu différent que leur lieu de résidence pour motif principal la pratique du vélo.

Les véloroutes et voies vertes, supports du tourisme à vélo

Il y a quelques mois, nous vous parlions de l’élargissement des itinéraires cyclables européens ! En effet, EuroVélo travaille à l’élaboration d’un itinéraire intégralement cyclable à travers toute l’Europe ; soit 15 itinéraires, 43 pays, 70 000 km de pistes cyclables.

Pour en revenir à la France, d’ici quelques années, le schéma des véloroutes et voies vertes devrait atteindre plus de 22 000 km ! Au 1er janvier 2017, 62 % de ce schéma étaient réalisés, dont des itinéraires phares comme la Vélodyssée, la Loire à Vélo, etc. Les itinéraires fluvestres sont les plus sollicités par les touristes français et internationaux !

Aussi, les collectivités territoriales tendent à investir de plus en plus dans des infrastructures dédiées à la pratique du vélo. D’ailleurs, en 2016, elles ont inauguré 830 km du schéma national des véloroutes et voies vertes, soit 32% de plus qu’en 2015. 

Des services et initiatives porteurs de cet essor

Le milieu du tourisme commence peu à peu à prendre en compte cette filière de plus en plus dynamique.

D’ailleurs, de nombreux services et initiatives ont été mis en place :

  • Près de 2 662 prestataires (hébergeurs, offices de tourisme, sites de visite, loueurs, etc) sont labellisés Accueil Vélo,
  • Des sites et forums partagent différents itinéraires et astuces de voyages avec les internautes,
  • Le train, étant le mode de transport privilégié des touristes à vélo, la SNCF prévoit des espaces vélo (1 à 3 par rame) dans le cadre des restructurations de certaines rames de trains.
  • Des événements dédiés au vélo de plus en plus nombreux en France (comme notamment la Fête du vélo)
  • Etc.

Et demain... ?

Cette tendance devrait se poursuivre jusqu’à la finalisation des 22 000 kilomètre des vélos routes et voies vertes. Mais cela sera-t’il suffisant, sachant que l’avancement des vélos routes et des voies vertes est assez inégale selon les pays et les régions… 

En comparaison, aux Pays-Bas, pour environ 50 millions d’habitants de moins, on comptabilise 32 000 km de pistes cyclables… 

Aussi, pour poursuivre cet essor, il faudra également penser à développer d’autres infrastructures dédiées à la pratique de la bicyclette autres que les pistes cyclables, telles que des parkings à vélos sécurisés ou des bornes pour recharger les batteries des vélos électriques le long des pistes cyclables…