Vélo : le ressenti des usagers sur leur pratique !

15 décembre 2017

La FUB (Fédération Française des Usagers de la Bicyclette) a publié les premiers résultats du Baromètre des villes cyclables dans le cadre des Assises nationales de la mobilité. L'occasion de connaître le ressenti des usagers sur la pratique du vélo dans leur ville.

Il y a quelques semaines nous vous avions invité à répondre au « Baromètre des villes cyclables » mis en place par la FUB. Cette enquête ayant pour but de laisser la parole aux Français sur leur pratique cyclable comprenait au total 35 questions.

La plus grande enquête cyclable menée en France

Cette enquête, effectuée dans le cadre des Assises de la Mobilité, a pris fin le 30 novembre 2017 et est devenue en quelques mois la plus grande enquête jamais menée en France auprès des usagers du vélo, et la seconde à échelle européenne.

Avec ses 113 000 réponses, elle montre que les Français et Françaises attendent du gouvernement une politique cyclable pour accélérer la transition des mobilités. D’ailleurs, les résultats devraient permettre d’objectiver les freins au développement de la mobilité à vélo et d’offrir des pistes aux politiques publiques pour les orienter en faveur d’une politique cyclable.

Si aujourd’hui les classements et résultats finaux de cette enquête ne sont pas encore communiqués (communication prévue en mars 2018), les premiers chiffres montrent que les français attendent de notre gouvernement une politique pro-vélo ambitieuse.

Les français aiment le vélo mais...

Cette enquête révèle l’amour des Français pour la petite reine. En effet, sur les 113 000 répondants, 77 % se déplacent au moins une fois par semaine à vélo (vélo électrique ou traditionnel), dont :

  • 71 % pour leurs trajets utilitaires,
  • 69 % pour se rendre au travail,
  • 55% pour des balades.
Capture-Résultats-enquête-baromètre-cyclable-Fub

Infographie Premiers Résultats Baromètre des villes cyclables – ©FUB

Toutefois, 80 % de ces amoureux du vélo estiment qu’il est important d’être séparé du trafic motorisé et 90% indiquent que les conditions actuelles ne permettent pas aux enfants ou aux personnes âgées de se déplacer en sécurité.
En effet, les pistes cyclables dont nous sommes équipés en France, ne permettent pas de se déplacer en sécurité. Étroites ou simplement délimitées par un marquage au sol, elles ne permettent pas d’assurer la sécurité des cyclistes. D’ailleurs, 90 % des répondants ont également constaté que les conducteurs se garaient fréquemment sur les itinéraires cyclables. 
Aussi, notons que si les cyclistes étaient séparés du trafic motorisé, cela éviterait les conflits entre les deux partis. Aujourd’hui seulement 8 % des cyclistes, ayant répondu à l’enquête, s’estiment respectés par les conducteurs de véhicules motorisés.

D’autre part, dans le cadre d’un plan vélo, il sera également important de penser aux autres infrastructures cyclables, tels que des parkings à vélos sécurisés !
Le vélo et le train est souvent la solution de continuité quand il s’agit d’aller de porte à porte entre deux points non desservis directement par un système de transports collectifs. Cependant, seulement 20 % des cyclistes ayant participé à l’enquête, trouvent qu’il est facile de stationner son vélo près des gares (ou des transports en commun).
De manière plus générale, 92% estiment que les vols de vélos sont fréquents et craignent pour la sécurité de leur vélo. D’où l’importance d’investir dans des parkings à vélo sécurisés !

Et pour les non cyclistes, quels sont les freins ?

8 % des répondants à l’enquête ne pratiquent pas (encore) le vélo. Et les raisons sont simples…
En effet, sur ces 8 %, 41 % ne se sentent pas en sécurité à vélo et trouvent qu’il n’y a pas assez d’aménagements cyclables en France, contre seulement 23 % qui estiment habiter trop loin de leur lieu de travail ou d’étude pour s’y rendre à vélo.

Que pouvons-nous espérer suite à ces premiers résultats ?

Il s’agit là des premiers résultats. Dans sa globalité, l’enquête a pour but d’analyser finement les différents freins à la mobilité à vélo.

L’ampleur de la contribution citoyenne portée par la FUB montre dès aujourd’hui que la « solution vélo » a le potentiel pour améliorer concrètement le quotidien des Français et Françaises.

Pour déployer le vélo en France, l’Etat doit permettre à tous de se déplacer à vélo confortablement et en sécurité ; cela passe par un véritable plan vélo comprenant la mise en place d’infrastructures, d’incitations fiscales, etc.


Source : https://www.parlons-velo.fr/barometre-cyclabilite