L'histoire d'Alain, malvoyant, cycliste à tandem

13 mai 2015

Alain est malvoyant. Il roule en tandem pliant MC Double Act sur toutes les routes de France avec sa femme, Françoise, qui pilote. Une vie active organisée depuis la Somme, entre sport, culture et engagement associatif.

La vie d’Alain a changé il y a 6 ans, suite à une maladie de la vue. « Aujourd’hui, je n’y vois quasiment plus rien, » explique-t-il. A l’époque, directeur d’usine, il était déjà sportif mais n’avait pas le temps pour de grandes randonnées. Maintenant qu’il ne peut plus travailler, il en est d’autant plus actif.

Le tandem pour mieux rouler à deux

« Le tandem, on y pensait déjà : avec ma femme, nous étions cyclistes pendant nos loisirs, mais nous avons des capacités physiques différentes. J’étais toujours en train de l’attendre, ce qui n’était agréable ni pour elle, ni pour moi. »

Trouver le tandem adapté

Comme sa femme est plus petite que lui, Alain ne trouve pas son bonheur dans les tandems standards, réglés par défaut pour un capitaine plus grand que le stokeur. Chez Amsterdamer, il trouve un tandem avec une grande plage de réglage. Nous lui conseillons le tandem pliant hollandais Double Act, avec dérailleur 27 vitesses, histoire de pouvoir randonner sur tous les types de relief. Avec ce tandem, il parcourt désormaisentre 5 000 et 8 000 kilomètres par an.

« Les débuts ont été difficiles, se souvient Alain dans un sourire, on est allé s’entraîner sur le parking d’un supermarché, histoire de travailler les démarrages, en étant synchronisés, et pour ne pas s’arrêter en catastrophe ! »

Un tandem à l'arrière du camping-car

Ce tandem étant pliant, il offre au couple de sexagénaires la possibilité de l’emmener avec eux, à l’arrière de leur camping-car, un peu partout en France. A la « mauvaise saison », entre octobre et mars, Alain et Françoise, s’entraînent dans la Somme deux ou trois fois par semaine. Le reste du temps, ils se fixent, sur une ou plusieurs semaines, un itinéraire avec petits châteaux, moulins ou écomusées à visiter, qu’ils adaptent en fonction de l’humeur et de la météo.

Sportifs mais pas que...

col_sausse3bis__053342400_1747_05122014__059566600_1259_13052015Alain et Françoise cherchent la diversité dans leurs parcours : « On vadrouille… On connaît bien le nord de la France, la région d’Albi, le marais Poitevin, mais aussi le Morvan et la Drome provençale : les cols ne nous font pas peur !« 

Le week-end prolongé du 8 mai, c’était à Reims qu’Alain et Françoise ont rejoint un grand rassemblement de tandems. Ils font tous les deux partie du comité organisateur du RTT, le Rassemblement Tandem Tour, un événement organisé tous les ans dans une ville différente. L’objectif : collecter des fonds qui sont reversés à la recherche sur les maladies de la vue, et faire connaître la complémentarité entre valides et handicapésque permet le cyclisme en tandem.

Dans sa région, Alain est également au conseil d’administration de l’association handisport d’Amiens Métropole, qui comporte une section tandem : prochaine grande sortie, l’Ardéchoise au mois de juin, de belles montées et descentes en perspectives !

Un tandem, ça fait parler

En attendant, Alain et Françoise profitent de la région de Reims : « On vient de faire trois côtes entre 14 et 15 % sur plusieurs kilomètres…  » Bref, ils se régalent de la route… et des rencontres aussi.

« Quand on arrive, on pose le camping-car, après on fait tout avec le tandem : pour les courses, on rajoute deux sacoches à l’arrière. » Et Alain constate : « A vélo, vous passez inaperçu ; le tandem, lui, ouvre à la discussion« . Quelques cyclistes posent des questions techniques, mais ce sont surtout les anciens qui leur adressent la parole, se souvenant… des tandems de leur jeunesse !