Découvrez le pouvoir de la pédale

29 avril 2014

Dans son livre "Le pouvoir de la pédale" paru en mars dernier aux éditions Rue de l'Echiquier, Olivier Razemon, journaliste au quotidien Le Monde et auteur du blog "l'interconnexion n'est plus assurée" nous raconte avec humour dans son livre sa vision du développement du vélo...

Un regard différent et indépendant de toute politique

Voici un ouvrage passionnant dénué de toute politique, qu’elle soit de droite ou de gauche ! A travers des centaines d’exemples, Olivier Razemon nous fait découvrir avec humour comment le vélo a évolué dans notre société, et ceci depuis ses origines.

L’auteur nous démontre également avec brillance qu’il s’agit non seulement de faire des économies à travers l’usage du vélo mais qu’elle n’en sera rien si cette transition cyclable n’est pas prise en compte par les politiques, tant d’un point de vue économique que comportemental.

 » Communication, urbanisme et coups de chance sont les trois facteurs qui participent à la progression de la petite reine dans les villes «  :

Halte aux idées reçues !

Dans son livre « Le pouvoir de la pédale » , le journaliste Oliver Razemon explique très bien avec humour et de multiples caricatures les nombreux clichés qui ont entaché l’image du vélo en France et freinés son développement  : « le vélo c’est pour les bobos« ,  » le vélo, c’est la voiture du pauvre », « le vélo, c’est dangereux »,  » le vélo, c’est ridicule », « un talisman écologique pour les bourgeois rêveurs« ..voici un petit résumé des clichés exposés dans ce bouquin complétés de nos différents avis sur la question…

Idée reçue n°1 : le vélo, c’est la voiture du pauvre

C’est en retraçant l’histoire du vélo depuis le début du 19ème siècle qu’Olivier Razemon édite dans son livre une série de croquis de Jean-Jacques Sempé où l’on constate avec humour le cliché le plus ancien sur le vélo dans notre société. Chaque image représente une époque avec ses deux personnages le bourgeois et le prolétaire.

  • Le pauvre est à pied d'un air résinié et le riche à vélo, sur son grand-bi
  • Le pauvre à vélo et le riche au volant d'une voiture
  • Le pauvre a enfin le droit à une mobylette et le riche lui se paye le luxe d'une belle voiture américaine
  • Quand le pauvre peut enfin se payer une voiture, les routes sont trop encombrées pour circuler.... le riche lui circule maintenant à vélo !
    • Le pauvre est à pied d'un air résinié et le riche à vélo, sur son grand-bi
    • Le pauvre à vélo et le riche au volant d'une voiture
    • Le pauvre a enfin le droit à une mobylette et le riche lui se paye le luxe d'une belle voiture américaine
    • Quand le pauvre peut enfin se payer une voiture, les routes sont trop encombrées pour circuler.... le riche lui circule maintenant à vélo !

    Humour n’est-ce pas ? Même si aujourd’hui certaines mairies ont mis en place un vrai plan vélo en ville, beaucoup d’autres Mairies n’ont malheureusement pas encore adopté la « culture bike » en boudant par exemple l’inauguration d’un parking à vélo ou en attribuant des budgets sommes toutes dérisoires en comparaison d’autres moyens de transports comme l’explique très bien Olivier Razemon dans son ouvrage.

    Idée reçue n°2 : le vélo, c’est réservé aux sportifs du dimanche

    cycliste seniorQui n’a jamais rêvé d’avoir une belle « coupe en métal sponsorisée par l’hypermarché du coin » un dimanche matin ?

    Ainsi présenté par l’auteur Olivier Razemon dans son livre, le vélo est souvent assimilé aux compétitions amateurs organisées entre copains ou entre clubs de vélos locaux. Et cerise sur le gâteau, le mot « cyclisme » dans les médias est très souvent synonyme de  » dopage », de quoi norcir encore un peu plus le tableau du vélo…

    Depuis quelques années, les compétitions de « dirt », le vélo sensation accrobatique « sponsorisé à la red bull », dispose d’un grand succès auprès des jeunes.

    Image d’un corps musclé et de l’homme parfait qui exerce son « bike freestyle » devant les foules donnant encore une fois de plus au vélo un côté inaccessible au public..


    Idée reçue n°3 : le vélo, c’est un simple passe temps

    Et voici l’image qu’on se fait de la bicyclette en France :

    Le vélo est très souvent assimilé aux balades et aux moments de convivialités en famille, aux vacances au soleil, jupes fleuries et cheveux au vent…En France, l’image du vélo « passe-temps » lui colle sévèrement au guidon alors qu’il devrait être considéré comme un véritable moyen de déplacement ! Olivier Razemon illustre cette situation à travers le message d’une publicité « Peugeot [qui] tolère le cycliste qui s’adonne au plaisir de la balade. Quand il aura fini de jouer, il descendra de selle et retrouvera sa berline. « 

    A titre d’info, sachez aussi qu’aux Aux Pays-Bas, seuls 7% des Hollandais ne se déplacent jamais à vélo (cf : Pourquoi les Hollandais roulent plus à vélo que nous ?) …le vélo toujours un passe-temps ?


    Idée reçue n°4 : le vélo, c’est un talisman écologique

    co2veloecolo__034735100_1723_28042014

     

    Dans son livre, Olivier Razemon illustre à travers différentes situations que lorsqu’on parle d’écologie ou de développement durable, un vélo est toujours mis en scéne.

    Un candidat écolo qui arrive en vélo à la présidentielle 1974, une entreprise militant pour le développement durable qui placarbe un pictogramme vélo sur la home de son site, les exemples du « vélo talisman écologique » ne manquent pas ! « Et voilà notre pauvre vélo, qui n’en demandait pas tant, transformé en talisman écolo, trônant en bonne place entre l’éolienne, la yourte et la couche lavable. « 


    Idée reçue n°5 : le vélo, c’est fait pour les bobos

    rendering of a beautiful bike with Clipping Path and shadow

     

    Le vélo, un moyen de transport pour les privilégiés qui ne mettent pas les mains dans le cambouin ? On continue dans l’humour et la caricature avec cette image très marquée du vélo bobo dans ce livre du « Pouvoir de la pédale ».

    Comme l’exprime très bien l’auteur, « Chacun étant bien entendu le bobo de quelqu’un d’autre. »..à méditer et surtout à lire dans son intégralité…


    Idée reçue n°6 : le vélo, c’est complètement ridicule !

    veloridicule__034516500_1715_28042014Le vélo, scène de nombreuses moqueries ? Oui ! Selon Olivier Razemon, les exemples ne manquent pas hélas et en voici deux très parlant :

    • Quand le secrétaire général de la CGPME parle d’installer un parking à vélo pour une pépinière d’entreprises, le journaliste présent a tout simplement « cru à un gag. Nous avons actuellement d’autres préoccupations que l’usage de la bicyclette. »
       
    • De nombreuses remarques disgracieuces à l’égard des chargés de missions dans les collectivités ou dans l’enceinte même du ministère des Transports « Certains m’abordent, goguenards, en faisant mouliner leurs mains : « Alors, ça pédale ?«  »

    Nous sommes donc entièrement d’accord avec l’auteur, nous disons stop aux comportements malintentionnés ! Soyons tous tolérants les uns envers les autres même si vous ne pratiquez pas le vélo personnellement.


    Idée reçue n°7 : le vélo, c’est dangereux pour tout le monde

    Selon une étude menée par la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette), « plus il y a de cyclistes, moins ils ont d’accidents » . En effet, par leur présence même, les vélos contribuent à ralentir la circulation des automobilistes et des motards. Olivier Razemon l’explique très bien dans son livre.

    Comme pour les motards, on se dit qu’il n’y a pas de carrosserie donc on n’est pas protégé. Hors, le nombre de tués sur les routes de la capitale est 4 fois plus élevé au volant d ‘un véhicule motorisé qu’à vélo (sources).

    velosecurite__012402200_1721_28042014

    Avis à partager...

    Des commentaires surprenants et drôles à la fois sur Le Pouvoir de la Pédale, voilà ce qui en ressort des quelques témoignages dénichés sur le web…

    Extraits des commentaires du blog de l’auteur

    blogolivierrazemon__083445900_1652_28042014

    • « Bravo à l’auteur de l’article.
      Ajoutons deux anecdotes locales (une ville de la banlieue sud de Paris, 92).
      l’élu en charge de la voirie:  » vous comprenez, si on fait des parkings à vélo et des pistes cyclables, il y aura plus de gens qui prendront leur vélo, donc plus d’accidents, et on nous le reprochera « .
      Et une autre : une directrice d’école avait l’habitude de venir à vélo à son école. On lui a fait remarquer que ça ne correspondait pas au standing d’une directrice.« 
      On va loin avec des gens pareils ! « 

     

    • « Faire du vélo, c’est très simple; très facile, pas fatigant. Sauf évidemment dans les montées avec un vieux biclou comme le mien, sauf quand on veut foncer, quand il y a du vent ou qu’il fait trop chaud. Mais la plupart du temps, c’est très simple, très facile et pas fatigant…Par ailleurs, plus il y a de cyclistes dans une ville, plus on conçoit des règles pour eux, et plus ils les respectent ! OR « 

     

    • « Le vélo c’est l’avenir en ville.« 

     

    • « Il est aussi facile de rouler à vélo que de marcher (pas dans les lacets qui mènent aux cols alpins, évidemment). Essayez, vous verrez, c’est étonnant. »

     

    • « Le vélo électrique est une très bonne solution : j’ai une cote relativement longue et difficile, et l’assistance suffit a la transformer en faux plat. Par contre, bien sûr c’est plus cher qu’un vélo normal… mais ça reste bien moins cher qu’une voiture. Et sur le plat, l’assistance se « coupe » car elle n’a pas le droit de foncitonner au dela de 25km/h. Le vélo électrique urbain, c’est le plaisir du vélo, sans l’effort du vélo. »

     

    instantlogosearch-twitter

    Extrait du compte Twitter d’Olivier Razemon

    • « moi qui n’aime le #vélo que ds mon canap dvt le #TdF, « Le pouvoir de la pédale » d’@OlivierRazemon m’a réconcilié avec la petite reine ! »

     

     

    instantlogosearch-facebook

    Extrait du compte Facebook d’Olivier Razemon

    • « Le 3 avril, ce tweet de @lpietri: « ‘T’es gay friendly ? » Question de mon épouse quand elle a vu le livre dans le salon « 

     

    •  » Eh oui, « une piste cyclable est 50 fois moins chère qu’un métro lourd et 25 fois moins chère qu’un tramway, à débit identique ». Le chiffre, avéré, a beaucoup frappé Mobilicités, le site spécialisé sur les transports publics. Précision quand même : ce livre, ce n’est pas vraiment « une histoire d’amour entre l’auteur et sa bicyclette ». Mais un plaidoyer politique sur le thème des transports. Voir le site. »

     

    • « Réimpression en vue pour Le Pouvoir de la pédale : trois semaines après sa sortie en librairie, plus de 80 % du premier tirage est écoulé. »

    Ou trouver le livre ?

    lepouvoirdelapedale__089201500_1553_28042014Vous pouvez le trouver sur différentes plateformes dont Amazon ou encore la Fnac : Le pouvoir de la pédale – livre Olivier Razemon